la gerboise bleue,13 fev 1960,une journée pas ordinaire…

février 16, 2009

http://www.youtube.com/watch?v=6NJPHix8Fr8

…il etait tot ce matin là quand maman nous reveilla mon  frere (3ans)et moi(5ans), nous sortimes tous pour aller nous  mettre à l’abri derriere quelques sacs de sable et de couvertures militaires, morceau de film photo noir pres des yeux,la tension etait extreme puis 5.4.3.2.1?….gros flash puis gros nuage puis une minute environ apres l’onde de choc est arrivée gros tonnerre et bling blang les vitres de notre modeste maison en tole(mecanoelle)brisées,on avait bien fait de s’en eloigner!je me souviens quelqu’un a dit: » mais il devait pas partir dans l’autre sens ce nuage!! »c’etait au bordje etienne à reggane  dans le sahara algerien,avec un petit groupe de familles de militaires le 13/02/1960….

Dans la palmeraie que nous arpentions avec mon frère,les gens nous offraient toujours des poches pleines de dattes et de cacahuettes,je me souviens bien de leur facon d’enduire les murs avec des boulettes d’argile rouge,de leur dromadaires et moutons,ainsi que les seigas (petits ruisseaux dans l’oasis)et leurs bigorneaux sans parler des fogaras(puits profonds)ou maman nous avait interdit d’approcher(40m à pic)…fraternité       jean-luc

que d’inconscience pour ces hommes,et les populations locales …,soutenez l’AVEN(association des victimes des essais nucleaires)  www.aven.org 

Publicité

les dauphins verts ,petit conte maritime

janvier 21, 2009

dauphinFin novembre en atlantique,juste dans le grand courant froid des canaries,dans la nuit noire , ils barrent depuis hier ,la mer est trop forte ,sa couleur est vert bouteille ,quelle puissance!

Esquivant vague apres vague ,tentant de gagner un peu vers l’est pour atteindre le cap blanc et leurs rêves de mauritanie,il faut tenir,les quarts sont reduits à une heure tellement le vent du sahel est froid,ils rêvent d’un poele à bois et se contentent du feu de la gaziniere pour se rechauffer les doigts,ils doivent franchir le grand à pic du plateau continental vers quatre heures du matin,vont ils y rencontrer des vagues differentes,croisées,pyramidales ,une bouilloire?

Vers 4 heures la mer se calme,la temperature monte,la mer a changé et n’a plus la même odeur. le capitaine va s’effondrer dans le carré,epuisé,quand soudain des cris resonnent dans toute la coque,mais oui ils sont là les dauphins et quels dauphins!!!

Dans la nuit  noire,ils sont des dizaines mais tout verts,des millions de planctons fluorescents s’illuminent à leur passage et  les dessinent parfaitement dans l’eau ,leur queue est comme une comete et tourbillone dans les turbulences qu’ils laissent derriere eux,magnifique,grandiose..

Les enfants sont reveillés,tout le monde est sur le pont au spectacle dans un grand halo vert qui s’avance  vers la destination,la fatigue oubliée d’un coup

Un peu plus tard une meteorite enorme explose au dessus du desert, se divise en plusieurs, puis en centaines d’etoiles filantes ,elle est rentrée  presque à l’horizontale et ca dure,quel spectacle!!!

Puis l’aube taquine la nuit,et le capitaine installe ses cannes à peche,le coup du matin c’est sacré,trois belles bonites plus tard  la côte au vent du cap blanc est  proche,avec ce joli vent…

PS: lien vers bioluminescence      http://fr.wikipedia.org/wiki/Bioluminescence


petit conte maritime

janvier 11, 2009

fraternité clementLe capitaine scrutait aux jumelles cette cote spendide sous le vent de l’ile ,esperant la decouverte d’un petit mouillage pour la nuit.Il faut dire qu’il avait derivé avec un groupe de baleines pendant quelques heures,un de ces moments où on se fait tout petit pour ouvrir grand les yeux.
Il se faisait tard et la perspective de plusieurs heures de moteur pour arriver vite et de nuit,lui faisait chercher une alternative rafraichissante à ce soleil de plomb qui avait innondé la journée.
Soudain le village, tout simple, était là,assez eloigné des hotels à bobos,il étalait sa splendeur en toles rouillées sous les cocotiers et le soleil couchant.
Il fit un rapide tour a la voile dans la petite baie pour voir si les fonds ne receleraient pas une petite plaque de sable où son ancre pourrait lui fournir le sommeil du juste.
Et hop! l’ancre croche bien sur l’ère du bateau,et il rajoute une petite longeur de chaine  , aucun bateau à l’horizon si ce n’est un petit gommier qui rentre du large lourdement chargé.
A l’approche du rivage le pecheur  sonne de la corne de brume et la plage s’anime aussitot.
Ne pouvant resister a la criée qui s’improvisait l’annexe est mise a l’eau et le capitaine aux avirons a hate de voir de plus pres le gros tas de poissons argentés
La criée bat son plein et le poisson est distribué à une vitesse qui ferait rever les commerciaux maniaques du rendement.
 Le capitaine et sa tendre epouse taillent une petite bavette avec les mousses affairés au démelage des filets,quand le dernier poisson est sur le sable, le pecheur le prends et le tends au capitaine  qui sort deux billets de sa poche,un pour le poisson et un autre pour que demain il puisse en offrir un à celui qui aujourd’hui s’est contenté de riz…
Un sourire, une poignée de mains et quelques verres de rhum plus tard,il faisait nuit depuis lontemps quand le cours bouillon fut à point .Dire que le poisson fut bon est un euphemisme…aussi sucré que l’alizé qui carressait leurs corps fatigués mais heureux de ces petites joies simples d’une vie enchantée.
Non je ne vous dirai pas où est cette ile,car comme ils disent en afrique: »l’homme blanc ne doit pas tout savoir »


bonne année

janvier 2, 2009

636noahsark 

BONNE ANNE  A  TOUS
 
Q’elle vous soit ensoleillée et pleine d’espoir à l’image de cette première journée après deux mois de fortes pluies et lourdes neiges qui nous ont scotchés à l’interieur du navire à refaire le monde et ne rien faire autour de la lampe tempête!!!! On pense fort à vous et mille bisous les gros câlin